Cour des comptes et alcoolisme

La soif d'en sortir
Jean-Luc
Messages : 10
Enregistré le : 05 juin 2007, 14:31
Localisation : Manom

Cour des comptes et alcoolisme

Messagepar Jean-Luc » 08 juin 2007, 16:41

ALCOOL
Cour des comptes et lutte contre l’alcoolisme
L’AFP qui indique que la Cour des comptes « fustige l’inefficacité de la lutte contre l’alcoolisme », précise que selon elle, en quatre ans, presque rien n’a été fait pour améliorer la politique publique en la matière. Affirmant que pour la Cour des comptes, cette politique est entravée « par le poids économique du secteur de la production et de la commercialisation de l’alcool », l’agence rapporte que selon le rapport « l’indécision de l’Etat entre une politique spécifique à l’égard de l’alcoolisme et un traitement d’ensemble des pratiques addictives continue de nuire à la lisibilité de l’action publique ». La Cour regrette également « l’insuffisance de connaissance des résultats » de cette politique et le fait « qu’aucune évaluation des besoins de prise en charge n’ait été réalisée » en matière de soins, avec une « politique fiscale (.) peu mobilisée pour réduire la consommation ». D’après le rapport, la création « d’un conseil de modération et de prévention (...) replace la notion ambiguë de modération au c½ur de la politique de lutte contre l’alcoolisme » et au total « la place de l’alcool dans la lutte contre les addictions ne fait toujours pas l’objet d’un consensus » avec des « financements (...) dispersés ». Affirmant que « le poids économique du secteur (..) entre toujours en opposition avec les impératifs de santé publique », la Cour juge que le conseil de modération et de prévention est « une forme de compromis peu favorable à la réalisation des objectifs ambitieux de réduction de la consommation d’alcool ».
D’après LA TRIBUNE, la Cour des comptes qui revient pour la deuxième fois sur les critiques émises en 2003, décerne « un carton rouge (..) à l’Etat en matière de lutte contre l’alcoolisme ».
Alcool et grandes écoles
« Quand la défonce fait partie du cursus » titre LE NOUVEL OBSERVATEUR qui assure que « trop de soirées se transforment en orgies alcoolisées, notamment dans les grandes écoles » mais que « quelques directeurs commencent à chercher la parade ». Le magazine qui relève que de plus en plus d’étudiants pratiquent le « binge drinking » ou « l’alcool défonce », souligne qu’à presque chaque soirée étudiante, Samu, pompiers ou Croix Rouge sont appelés à la rescousse, sachant que parfois c’est le drame comme en 2006 à l’Isep où un jeune s’est noyé après une soirée trop arrosée ou comme en 2005 à Centrale où un élève a été retrouvé mort dans sa chambre après une soirée trop alcoolisée. D’après le journal, ce sont les élèves des grandes écoles qui sont « champions en consommation d’alcool » puisque 45% d’entre eux boivent une fois par semaine et 10% deux ou trois fois par semaine. Expliquant que cette consommation est peut être due à la pression de la sélection, mais plus sûrement à un train de vie aisé, l’hebdo mentionne aussi le rôle du bureau des élèves, sponsorisé par les entreprises ou doté de gros budgets par sa direction qui organise des « open bars » avec alcool gratuit à volonté. Le magazine qui précise que toutes les écoles organisent des fêtes une fois par semaine ou par mois, fait un gros plan sur une petite école de commerce parisienne (où les membres du BDE ont bien voulu témoigner sans citer de noms). D’après le magazine pour se faire élire au BDE, les étudiants organisent une « campagne électorale » qui consiste à distribuer gratuitement boissons alcoolisées et cadeaux aux « électeurs », sachant que pour financer l’opération, chaque liste a signé un accord avec un alcoolier qui obtiendra le « contrat alcool » si la liste est élue. Notant que pour les fêtes, l’alcoolier consent 30% de réduction sur les boissons qu’il livre sur place au « responsable alcool » du bureau, le magazine souligne qu’il assure également l’animation et offre quelques packs d’alcool fort pour « entretenir les bonnes relations ». L’hebdo qui assure que pendant des années, malgré la loi Evin, l’alcoolier a distribué tee shirts et cadeaux au nom de la marque, rapporte que depuis la rentrée tout ceci est terminé, mais que selon une chargée de prévention à la Mutuelle des étudiants « la pression des alcooliers reste énorme et leur démarche très offensive ». A la Question « Que faire ? » le journal répond : surveiller les pratiques des alcooliers, imposer des réglementations aux discothèques pour que l’alcool ne soit pas gratuit, et faire respecter la loi, sachant qu’une descente de gendarmerie à Polytechnique a permis de découvrir une « incroyable réserve » d’alcool. Pourtant, d’après le Nouvel Obs, certaines directions d’école « commencent à se réveiller », ainsi le directeur d’Euromed à Marseille a complètement interdit l’alcool sur le campus, et à Paris, après le drame de 2005, Centrale a interdit les open bars, n’autorisant que des stocks d’alcool limités lors des soirées. Observant que la Conférence des Grandes Ecoles vient de créer un groupe de travail sur les « comportements à risque », le journal indique qu’elle espère mettre en place d’ici la fin de l’année une charte commune à toutes les écoles, car selon le responsable du groupe « les directeurs sont inquiets pour leur mission d’éducation mais aussi pour leur responsabilité pénale », d’autant que ces débordements ne sont pas très bon pour l’image des grandes écoles françaises.

:oops:
pour la guérison de la maladie alcoolique et la promotion du malade

Jean-Luc
Messages : 10
Enregistré le : 05 juin 2007, 14:31
Localisation : Manom

vos réactions

Messagepar Jean-Luc » 08 juin 2007, 16:46

ceci est un compte-rendu de la presse et des médias en général!
bien sûr si qq'un a besoin d'aide sur un pb d'alcool, je suis en premier à sa disposition sur ce forum
amitiés vielibriennes
jean-luc :D
pour la guérison de la maladie alcoolique et la promotion du malade


Retourner vers « Vie Libre »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité